Cinéma : sortie ce 29 novembre de “Augure”, film d’un belge qui renoue avec ses racines congolaises

Le rappeur et artiste belgo-congolais Baloji a récemment fait ses débuts en tant que cinéaste avec son premier long métrage “Augure”. Le film a été présenté lors du dernier Festival de Cannes et sort dans les salles obscures ce mercredi 29 novembre.

Baloji, également connu en tant qu’auteur-compositeur et styliste, était auparavant membre du groupe de hip-hop belge Starflam et avait déjà réalisé un court métrage intitulé “Zombies” qui a été présenté dans le film Afrofuturistik.

“Augure”, qui a remporté le Prix Nouvelles Voix lors de sa présentation dans la section Un Certain Regard à Cannes, met en vedette Marc Zinga, Lucie Debay, Eliane Umuhire et Denis Mpunga. Le film raconte l’histoire de Koffi (interprété par Zinga), qui, après 15 ans d’absence, retourne au Congo pour présenter sa femme enceinte à sa famille. Considéré comme un sorcier, il rencontre trois autres personnages qui cherchent également à se libérer du poids des croyances et des étiquettes qui leur sont imposées. Ensemble, ils cherchent à se défaire de la malédiction qui les touche grâce à l’entraide et la réconciliation.

L’idée de ce film est venue à Baloji en raison de son propre nom, qui signifie “Sorcier qui peut s’emparer des pouvoirs des autres sorciers” en Swahili. Le cinéaste explique que son nom était autrefois associé à une connotation positive, signifiant “homme de science”, mais a été dénigré pendant la période coloniale. Ainsi, le personnage principal du film, Koffi, porte une tâche de vin sur le visage pour symboliser le poids de cette étiquette.

Chaque personnage du film est associé à une couleur spécifique, ce qui donne au film un esthétisme particulier. Baloji, qui est synesthète, déclare que tout dans sa tête est connecté aux couleurs, des bruits aux ambiances. Il utilise donc les couleurs pour représenter chaque personnage à l’écran, à travers les typographies et les filtres de couleurs utilisés dans le film. Pour lui, la synesthésie n’est pas une maladie, mais un moyen de s’amuser avec les couleurs et d’explorer leur potentiel narratif.

“Augure” est un film onirique qui aborde des thèmes tels que la quête d’identité, le choc des cultures, des traditions et de la modernité. Il offre une expérience cinématographique poétique et captivante. Le film a également été présenté au Festival du Film Francophone d’Angoulême et est actuellement en salle.

En tant qu’artiste polyvalent, Baloji continue d’explorer de nouvelles formes d’expression artistique et de repousser les limites de la créativité. Avec “Augure”, il prouve qu’il est non seulement un musicien talentueux, mais aussi un cinéaste prometteur. Ce premier long métrage est certainement une étape importante dans sa carrière et peut être considéré comme un hommage à ses racines culturelles et à sa vision artistique unique.

Ange Aloki

Partagez cette information
Image par défaut
by Rédaction

Laisser un commentaire