Prétendue interpellation de Koffi Olomide | Constant Mutamba défie les mauvaises langues

Dans l’affaire Koffi Olomide, le ministre de la Justice tait toutes les spéculations. Halte à l’intox.

Dans un communiqué rendu public lundi, dont une copie est parvenue à notre rédaction, le ministre de la Justice, Constant Mutamba, a affirmé qu’aucun dossier pénal n’est ouvert à l’encontre de l’artiste musicien Koffi Olomide.

Le ministre précise que la convocation d’un citoyen au Parquet peut avoir une finalité pédagogique, comme cela a été le cas pour Koffi Olomide, qui a été invité par le procureur général près la Cour de cassation. Constant Mutamba a également souligné qu’aucune perquisition n’a été effectuée au domicile de l’artiste.

Rappelons que Koffi Olomide fait l’objet de plusieurs interpellations par des institutions publiques en raison de propos incendiaires qu’il aurait tenus concernant la guerre à l’Est du pays. Attendu lundi à la Cour, ses avocats ont convenu avec celle-ci de fixer une nouvelle date pour que l’artiste puisse se présenter personnellement une fois de retour au pays.

 

Basile MUYA

RDC | Koffi Olomidé face à la justice, ses propos incendiaires sur la guerre dans l’est le rattrapent

Koffi Olomidé, légende vivante de la musique congolaise et africaine, est attendu ce lundi 15 juillet au parquet général près la Cour de Cassation pour répondre à des accusations dont la nature sera révélée sur place.

Cette convocation, datée du 10 juillet, ordonne au célèbre chanteur de se présenter à 11h00 au bâtiment CNSS (ex. INSS) sur le Boulevard du 30 juin à Kinshasa-Gombe.

La convocation fait suite à son passage remarqué sur le plateau de l’émission “Le Panier The Morning Show” sur la RTNC le 6 juillet dernier. Au cours de cette émission, Koffi Olomidé avait tenu des propos controversés concernant la situation sécuritaire dans l’Est de la RDC, jugés “dénigrants et démobilisateurs” pour les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC). Ces déclarations lui ont valu une première convocation par le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication (CSAC) le 12 juillet, au cours de laquelle il a dû présenter ses moyens de défense.

Lors de son intervention télévisée, Koffi Olomidé a notamment affirmé :

« Il n’y a pas de guerre. Nous sommes tapés. On nous gifle. On fait de nous ce qu’on veut. J’ai vu les camions de ces gens-là qui viennent tranquillement et personne pour les empêcher. J’ai vu que nos militaires vont à la guerre à moto. J’ai des larmes. Il n’y a pas de guerre. On nous traite comme des enfants. La guerre, c’est quand on tire, nous nous répliquons. »

Ces propos ont déclenché une vague de réactions et de mesures disciplinaires, incluant la suspension de Jessy Kabasele, le présentateur de l’émission, par la direction de la RTNC pour ne pas avoir réagi aux déclarations de l’artiste.

Le CSAC a également jugé nécessaire de rappeler à Koffi Olomidé, ambassadeur de la culture congolaise, ses responsabilités et l’importance de mesurer ses paroles. Pour rappel, sa nomination en tant qu’ambassadeur, tout comme celle de Maître Gims et Dadju, visait à promouvoir la rumba congolaise, inscrite au patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’UNESCO en décembre 2021.

Placide LUKEKA

Kinshasa | Le Gouverneur Daniel Bumba sollicite l’appui de la ministre nationale des affaires foncières pour l’opération d’assainissement de la ville

Kinshasa la capitale s’apprête à lancer une vaste opération de nettoyage dénommée « Coup de Poing ».

Pour mener à bien cette initiative, le gouverneur de la ville province de Kinshasa, Daniel Bumba Lubaki, a sollicité l’appui du gouvernement central, en particulier celui de la ministre d’État aux Affaires foncières, Acacia Bandubola Mbongo.

Lors d’une audience qui lui a été accordée ce mercredi ce 10 juillet, Daniel Bumba a exposé la situation préoccupante des déchets dans la ville, estimés à près de 3.400.000 tonnes.

« Nous sommes venus solliciter l’appui du gouvernement central, particulièrement celui de la ministre d’État, ministre des Affaires foncières Acacia Bandubola Mbongo, à “l’Opération Coup de Poing” que nous allons lancer bientôt à travers la ville », a-t-il déclaré aux médias.

Le gouverneur a également souligné la nécessité de disposer rapidement d’un espace dédié à la décharge publique.

« En tenant compte de réserves foncières dans le secteur foncier, nous demandons qu’un espace soit mis à notre disposition de manière imminente pour servir de décharge publique lors du nettoyage de la ville de Kinshasa », a-t-il ajouté au sortir des échanges avec la ministre Acacia Bandubola Mbongo.

L’objectif de cette opération est clair : débarrasser Kinshasa des tas de déchets qui l’encombrent et améliorer ainsi les conditions de vie des habitants.

 

Basile MUYA

RDC | Les Ministres Mutamba et Mbadu unis pour traquer les spoliateurs des biens de l’État

Le Ministre de l’Urbanisme et Habitat Crispin Mbadu et son collègue de la Justice ont tenu une rencontre importante au Ministère de la Justice.

Les deux membres du gouvernement congolais ont eu de fructueux échanges sur le lancement de l’opération de récupération de biens de l’État et l’assainissement du secteur de l’urbanisme et habitat.

Au sortir de ce tête-à-tête, son Excellence Crispin Mbadu a indiqué que ces échanges font suite aux instructions claires et nettes leur données par le Président Félix Tshisekedi en leur recommandant de répertorier et/ou inventorier ainsi que récupérer tous les biens de l’État se trouvant frauduleusement ou illégalement entre les mains des tierces personnalités.

Le patron de l’habitat a précisé que les biens du domaine privé de l’état comportent les immeubles et maisons spoliées par les spoliateurs.

« À dater de ce jour, nous allons ensemble lancer l’opération de récupération du patrimoine privé de l’État. Les maisons, les immeubles etc. Il faut que l’autorité de l’État soit instaurée et rétablie dans le secteur de l’urbanisme et habitat », a déclaré Crispin Mbadu, Ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat après échange avec son collègue de la Justice Constant Mutamba.

Cette séance de travail a débouché sur la mise en place d’un cadre de concertation pour assurer l’effectivité de l’opération de récupération des biens de l’État congolais après leur inventaire complet.

Basile Muya

Lubero | 22 nouveaux soldats condamnés à mort pour désertion

Des nouvelles condamnations enregistrées ce lundi 8 juillet dans les rangs des Forces Armées de la RDC pour fuite en avant dans la ligne de front.

La justice militaire a acté la peine capitale de 22 militaires qu’elle accuse d’avoir fui « devant l’ennemi » au moment de combats opposant l’armée congolaise aux rebelles du M23.

Cette nouvelle vague de condamnations porte à près de 50 le nombre de peines capitales prononcées en moins d’une semaine pour les mêmes motifs, rapportent les sources proches de la Défense nationale congolaise.

Dans un dossier en instruction au tribunal, siégeant en territoire de Lubero, au Nord-Kivu, est de la RDC, l’on a prononcé 16 peines de mort, trois peines de 10 ans de prison ferme et trois acquittements. C’est l’accusation qui avait requis samedi la peine capitale contre les 22 accusés.

Par ailleurs, dans une autre affaire examinée et jugée dans la foulée, six soldats ont été condamnés à mort et un acquitté, a précisé à l’Agence Française de presse l’avocat Jules Muvweko.

Basile Muya

La Cour militaire Kinshasa-Gombe “incompétente” de juger Idi Kalonda, étant sénateur

La Cour militaire garnison de Kinshasa-Gombe s’est déclarée incompétente de juger Salomon Idi Kalonda au regard de sa qualité de sénateur.

La nouvelle est contenue dans l’arrêt déclinatoire de compétence rendu par le tribunal militaire ce lundi 8 juillet 2024. Information confirmée également par l’un des avocats conseils du conseil spécial de Moïse Katumbi, Hervé Diakese. Pour lui, vu le rang occupé actuellement par Salomon Idi Kalonda, notamment comme sénateur, il ne peut plus être permis à la cour militaire de poursuivre son jugement sur le précité.

Notons que Salomon Kalonda, élu député provincial au Maniema puis Sénateur dans le Haut-Katanga, a passé dix mois en captivité. Il avait bénéficié d’une liberté provisoire. Grâce à ceci, il avait pu être évacué pour raison de santé en Belgique, avant de rentrer récemment au pays en dernier pour assumer ses fonctions politiques.

 

Basile Muya

Agression rwandaise dans l’Est | 25 soldats FARDC condamnés à mort pour Désertion en ligne de front

La cour militaire siégeant en matière de flagrance a récemment rendu un verdict significatif à l’encontre…

RDC | Première réunion de la commission spéciale “Lois et textes réglementaire du Gouvernement”

La Commission spéciale sur les lois et textes réglementaires du gouvernement a tenu sa première réunion…

Sénat | Pascal Kinduelo et son bureau d’âge accusés de détournement, l’IGF ouvre une enquête

Un scandale financier éclate au Sénat, où Pascal Kinduelo, président du bureau provisoire de la chambre…

Demande de nationalité congolaise | Le Ministre de la Justice impose de passer aussi par l’ANR et la DGM

Le Ministère de la Justice et Garde des Sceaux, Constant Mutamba, a annoncé la mise en…