Grand Kivu : la découverte du Mandale, Musururu et Musululu, boissons nourrissantes et traditionnelles

Le Nord-Kivu, région de la République Démocratique du Congo, abrite une perle culinaire méconnue : le musururu, une boisson protéinée qui a su conquérir les palais, de Rutshuru à Goma, en passant par Masisi.

Originaire du Nord-Kivu, le musururu est également apprécié dans le Sud-Kivu, sous le nom de musululu. Sa popularité grandissante s’étend même jusqu’au chef-lieu, Goma, où il s’intègre dans les habitudes locales.

Le processus de fabrication : un art transmis de génération en génération

La production de musururu, loin d’être simple, est un art maîtrisé par des artisans dévoués comme Cendide Nyirahabinama, qui, à soixante ans, perpétue la tradition avec passion. « J’achète des graines de sorgho rouge que je conserve pendant quatre jours. Puis je les fais sécher au soleil avant de les porter à moudre. Je mélange la farine avec de l’eau bouillante, que je laisse fermenter pendant trois jours. Après cette étape, je fais de nouveau bouillir le mélange pour obtenir la boisson », explique-t-elle.

Un mélange équilibré de nutriments

Le musururu tire ses bienfaits du sorgho, une céréale riche en protéines, en antioxydants, en fibres et en fer, avec un faible indice glycémique. Cette boisson-nourriture, comme on la surnomme dans la région, se distingue du musululu du Sud-Kivu, fabriqué à partir de maïs et de patates douces.

Un délice apprécié et accessible

Cendide Nyirahabinama a transformé son chez-soi en un lieu accueillant pour les amateurs de musururu. « Le musururu est idéal pour attaquer la soirée. Il apporte l’énergie dont on a besoin », affirme un client enthousiaste. Une bouteille de 1.5 litre se négocie entre 2 000 et 3 000 francs congolais, mais les plus aventureux peuvent tenter de le préparer chez eux, à condition de respecter les étapes minutieuses.

Précautions et astuces pour une dégustation optimale

Il est crucial de consommer le musururu dans la semaine suivant sa fabrication pour éviter la perte de saveur. Cendide Nyirahabinama recommande de le remettre à ébullition après une semaine, suggérant l’ajout de miel pour préserver la qualité.

Une tradition étendue : le Mandale de Goma

Dans la ville de Goma, toujours au Nord-Kivu, le musururu trouve un écho dans une autre boisson similaire, le “mandale”. Cette boisson, intégrée à la culture culinaire gomatracienne, fait le bonheur des jeunes, des vieux et des femmes.

Le musururu, symbole d’une tradition préservée avec amour, continue de séduire les palais congolais, offrant une expérience gustative unique et riche en nutriments.

Placide Lukeka

Partagez cette information
Image par défaut
by Rédaction

Laisser un commentaire