Kasaï-Central : Plus de 400 victimes de VBG ont bénéficié de l’assistance Juridique et judiciaire de FMMDI depuis l’ouverture de sa clinique juridique

La Directrice-Pays de l’ONG Femme main dans la main pour le développement intégral (FMMDI) a au cours d’un entretien avec la presse mardi 11 octobre 2022 au siège de sa structure, révélé que son ONGD a apporté une assistance judiciaire à plus de 400 victimes de violences sexuelles et celles basées sur le genre depuis le lancement officiel de sa clinique juridique.

Nathalie Kambala qui se réjouit de ce progrès enregistré dans cadre de la lutte contre ce fléau soutient que sur ces cas de violences basées sur le genre, 215 ont été sanctionnés par un jugement alors que 215 autres cas sont en instruction prejuridictionnelle ou juridictionnelle.

Ceci, démontre la détermination de cette structure de défense des droits de la femme à réduire sensiblement les cas des violences sexuelles et celles basées sur le genre dans cette région où la situation de la femme a été amplifiée par la crise sécuritaire occasionnée par les événements de triste mémoire,de la milice du chef Kamuina Nsapu.

Cependant, note Nathalie Kambala, cette clinique juridique est confrontée à plusieurs difficultés notamment le désistement tacite ou exprès parfois en pleine procédure devant le juge pr les familles ou victimes de VBG, la lenteur dans le traitement des dossiers devant les parquets et tribunaux mais également le coût lié à la décision judiciaire.

<<Cette lenteur est due généralement à la carence criante des magistrats, l’ambiguïté du contenu de certains rapports d’expertise médicale qui favorise un flou ou qui ouvre une brèche à des interprétations. Mais globalement les résultats obtenus sont positifs et encourageants>>, a déclaré Nathalie Kambala.

Plus de 600 survivantes des Violences basées sur le genre ont bénéficié de l’assistance psychosociale

Au cours de cet échange, Nathalie Kambala a indiqué que sa structure a assisté environs 634 survivantes de violences sexuelles et celles basées sur le genre dans l’accompagnement psychosocial.

La Directrice-Pays de l’organisation non gouvernementale FMMDI révèle que parmi ces survivantes, 450 ont vu leur état se rétablir alors que 184 autres continuent avec les séances de prise en charge.

Pour ce faire, sa structure dispose des assistants psychosociaux qui accueillent les survivantes dans les espaces aménagés pour cette fin. Toutefois, les assistants psychosociaux ont également un plan de visite aux domiciles des survivantes deux fois par semaine.

L’Ong FMMDI qui a ouvert ses bureaux dans la ville de Mbuji mayi dans le Kasaï Oriental et à Mwene Ditu dans la province du Lomami reste par ailleurs déterminée à travailler pour le bien être de la population dans ses zones d’intervention.

DSM

Partagez cette information
Image par défaut
Maxtor

Notre objectif:
Faire croître et développer votre activité, grâce à des outils et des stratégies de communication réfléchis.

Laisser un commentaire