Fin du mandat de l’EAC en RDC : les Défis de la transition vers la SADC

La République Démocratique du Congo (RDC) se prépare à une nouvelle ère sécuritaire avec la fin officielle du mandat de la force de la Communauté des États d’Afrique de l’Est (EAC) ce 8 décembre. Le départ des soldats kényans de Goma vers Nairobi et le rapatriement des militaires sud-soudanais signalent le début de cette transition.

Cette décision fait suite à la résolution prise lors d’un sommet extraordinaire de l’EAC à Arusha, en Tanzanie, le 24 novembre dernier, où la RDC a affirmé sa volonté de ne pas prolonger le mandat de la Force Régionale de la Communauté d’Afrique de l’Est (EACRF) au-delà du 8 décembre 2023.

Pourtant, malgré la présence de la force régionale de l’EAC, les affrontements se sont intensifiés dans la région, notamment entre le groupe M23 et les Wazalendo, suscitant des interrogations sur l’efficacité de cette force. Le président Félix Tshisekedi avait déjà émis des doutes sur la mission de la présence de l’EAC, soulignant les violences persistantes dans la région.

Le débat autour du mandat et de la durée d’intervention de la force avait animé l’opinion publique, soulevant des interrogations de la part de représentants politiques comme Lubaya Claudel André et Juvénal Munubo. Les critiques envers la lenteur d’action des forces de l’EAC et leur impact limité sur les violences persistent malgré la présence active du M23.

Christophe Lutundula Apala, vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères, a exprimé une certaine déception quant aux résultats obtenus par l’EAC, soulignant que les troupes n’ont pas donné les résultats escomptés.

« Est-ce que les troupes de l’EAC ont échoué? C’est simple, elles n’ont pas donné les résultats escomptés. Je parle sans langue de bois. C’est clair comme l’eau claire dans un verre clair. Autrement, on n’aurait plus parlé du M23. Ça ne demande pas une démonstration particulière », avait-il déclaré en mai 2023.

En parallèle, une réflexion s’amorce sur le déploiement annoncé des troupes de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), marquant une nouvelle étape dans la stratégie sécuritaire de la RDC. Les défis de cette transition et les attentes vis-à-vis de la SADC soulèvent des questionnements persistants quant à la stabilité future de la région.

Placide Lukeka

Partagez cette information
Image par défaut
by Rédaction

Laisser un commentaire