Kwango | Le nouveau Ministre de la Défense promet de neutraliser la milice Mobondo pour rétablir la paix

Depuis lundi matin, Guy Kabombo Mwadiamvita, Vice-Premier Ministre et Ministre de la Défense nationale, séjourne dans la province du Kwango où il a présidé un conseil provincial de sécurité. 

Avant cette réunion, Guy Kabombo a participé à un briefing organisé par la 11e région militaire. À cette occasion, le commandant de la région militaire, le Général Jonas Padiri, a exposé à son hôte l’état des lieux de la situation sécuritaire dans la zone, présentant également les résultats de l’opération “NGEMBA” sur l’axe Kwango.

Cette visite de travail s’inscrit dans le cadre de la volonté de Guy Kabombo de s’enquérir de la situation sécuritaire dans le secteur opérationnel de Kwango et d’évaluer la réalité sur le terrain. Accompagné d’une délégation de hauts officiers militaires, du commandant de la 11e zone de défense et du gouverneur de Kwango, Willy Bitwisila, le ministre a été accueilli par une foule enthousiaste venue lui témoigner leur soutien pour l’éradication définitive de la milice Mobondo et plaider pour le retour de la paix dans la région.

Kwango représente un verrou sécuritaire crucial pour accéder à la ville-province de Kinshasa. Guy Kabombo Mwadiamvita a promis de ne ménager aucun effort pour neutraliser cette milice Mobondo et rétablir la sécurité dans la zone.

 

Basile MUYA

Responsabilité directe du Rwanda dans les massacres dans l’Est | Sur TV5 Monde, Patrick Muyaya enfonce le clou

Lors d’une intervention sur la chaîne francophone TV5 Monde ce lundi 15 juillet, le porte-parole du Gouvernement congolais et Ministre de la Communication et Médias, Patrick Muyaya, a fermement dénoncé les actes de barbarie de l’armée rwandaise.

Il a révélé que des bombardements, menés en violation d’une trêve humanitaire, avaient causé la mort de trois enfants et blessé six autres.

Ces événements tragiques ont eu lieu après qu’une bombe larguée par la coalition RDF-M23-AFC ait frappé des civils dans le village de Bweremana, situé dans le territoire de Rutshuru, au Nord-Kivu.

Le porte-parole du gouvernement congolais a déclaré qu’à la lumière du rapport publié par un groupe d’experts, il n’était plus pertinent de parler du M23 mais plutôt du Rwanda. Patrick Muyaya a critiqué vivement les élections tenues à Kigali, les qualifiant de “vase clos” avec des candidats de l’opposition recyclés et sans mission d’observation réputée.

Il a également souligné la violation intentionnelle de la trêve humanitaire par le Rwanda et l’aggravation de la situation sécuritaire à l’est de la RDC.

Par ailleurs, le porte-voix du gouvernement a indiqué que des clarifications étaient attendues de l’Ouganda après la publication du rapport de l’ONU qui pointe Kampala pour son soutien présumé au M23.

Enfin, il a assuré que la situation sécuritaire à Kwamouth est désormais sous contrôle des forces de sécurité, rétablissant ainsi la quiétude dans la province de Maï-Ndombe, à l’ouest du pays.

Basile MUYA

Bandalungwa/Double drame à l’hôtel MP | Un homme et une femme retrouvés morts

Ce vendredi 12 juillet, une scène tragique a été découverte dans l’hôtel MP, situé dans la commune de Bandalungwa à Kinshasa.

Un homme et une femme, tous deux mariés mais à des partenaires différents, ont été retrouvés morts dans une chambre de cet établissement.

L’alerte a été donnée en fin de matinée par le personnel de l’hôtel, inquiet de ne pas voir les occupants de la chambre quitter les lieux. À leur arrivée, les services de sécurité ont immédiatement interpellé toutes les personnes présentes à l’hôtel et ont lancé une enquête pour déterminer les circonstances exactes de cette tragédie.

Les premiers témoignages recueillis sur place confirment que les défunts étaient mariés chacun de leur côté. Cependant, la nature de leur relation reste floue et soulève de nombreuses questions. Les autorités locales, tout en assurant que toutes les pistes sont explorées, gardent pour l’instant le silence sur les hypothèses envisagées.

 

Cédric Tshilumba

RDC | 25 lauréats de 7 pays reçoivent leurs diplômes à l’École de guerre de Kinshasa

Le Centre Supérieur Militaire de Kinshasa a été, ce jeudi 11 juillet, le théâtre d’une cérémonie marquante où 25 lauréats, venus de sept pays africains, ont reçu leurs diplômes de l’École de Guerre de Kinshasa.

Cette cérémonie, clôturant la formation de la 4e promotion, a été présidée par Guy Kabombo Muadiamvita, Vice-Premier Ministre de la Défense.

L’événement s’est déroulé en présence de la Première Ministre Judith Suminwa Tuluka, représentante personnelle du Chef de l’État, du chef d’état-major général, le Général Christian Tshiwewe Songesha, et de l’ambassadeur de France en RDC, ainsi que de nombreuses sommités du haut commandement de l’armée congolaise.

Sous le thème “Les armées africaines face à la reconfiguration stratégique mondiale de défense et de sécurité”, Guy Kabombo a salué la résilience et la détermination des lauréats, félicitant leur succès dans ce parcours exigeant. Il a rappelé aux diplômés l’importance de leur formation et les a encouragés à appliquer les compétences acquises dans leurs futures missions, soulignant l’importance de défendre leur patrie avec dévouement et sacrifice.

La Première Ministre Judith Suminwa a personnellement remis les diplômes aux lauréats, couronnant ainsi leur formation de haut niveau en études militaires.

 

Basile MUYA

Après ses propos controversés, Koffi Olomide reconnaît qu’il faut un peu “plus de diplomatie” dans ce qu’il dit

Invité au CSAC ce jeudi 11 Juillet à Kinshasa pour présenter ses moyens de défense face aux propos tenus dans le magazine Le Panier sur la RTNC, l’artiste musicien Koffi Olomide, très détendu, a qualifié ce moment d’une séance essentiellement pédagogique.

Celui qu’on appelle Quadra Koraman, a indiqué à la presse qu’il a eu des échanges fructueux avec Christian Bosembe, Président du Conseil supérieur de l’audiovisuel au Congo, à qui il a présenté ses vives félicitations pour le travail abattu par cette institution d’appui à la démocratie.

« Je voulais dire bravo au CSAC et à son Président Bosembe (…). La séance d’aujourd’hui était plus pédagogique qu’autre chose. Nous avons a parlé et nous nous sommes compris. Rien d’autre de plus »

Et de reconnaître :

« Même si ce que le chanteur Koffi a dit est vrai et fondé, mais il faut peut-être un peu plus de diplomatie ».

Signalons toutefois que la star congolaise Koffi Olomide a remercié le président le CSAC et son président pour l’hospitalité et la courtoisie qu’il a bénéficié de cette institution, lors de cette séance. Contrairement à ce que l’opinion publique redoutait : une série des décisions qui pourraient être prises contre lui après sa réflexion sans langue de bois sur la situation sécuritaire dans l’Est du pays.

Cependant, en tant qu’ambassadeur de la culture en RDC, l’artiste musicien Koffi Olomide a également reconnu le rôle qu’il doit jouer durant ce moment de la crise qui frappe l’est de la RDC.

Basile Muya

Kinshasa | Jacquemain Shabani à l’écoute des agents du secrétariat général à l’intérieur

Ce mercredi 10 juillet, Jacquemain Shabani Lukoo a, dans sa visite au secrétariat général à l’intérieur et la sécurité à Kinshasa, rassuré les agents de son implication à la quête et requête des solutions adaptées aux problèmes.

Le Vice-Premier Ministre, Ministre de l’Intérieur, Sécurité, Décentralisation et Affaires Coutumières, Jacquemain Shabani a échangé avec les agents de son ministère, qui lui ont présenté leurs difficultés quotidiennes auxquelles ils sont confrontés.

Le patron de la territoriale congolaise a promis son implication pour résoudre les problèmes urgents auxquels sont confrontés les administratifs du ministère de l’Intérieur et de la Sécurité.

Ce fut un moment de joie et de bonheur pour les agents cadres et nouvelles unités non payées du secrétariat général à l’intérieur de présenter leurs désidératas au patron de la territoriale Jacquemain Shabani qui a fait le déplacement jusque dans leurs installations sur invitation prompte et opportune du secrétaire général à l’intérieur Jean-Rigobert Tshimanga Musungayi.

Notons que parmi les difficultés présentées au VPM de l’intérieur figurent l’absence des frais de fonctionnement, l’insuffisance des locaux devant servir de bureaux et cadres d’épanouissements professionnels pour le personnel du secrétariat.

Basile Muya

L’Ouganda dément tout soutien au M23 : “Le rapport de l’ONU n’a aucun fondement. Nous avons de bonnes relations avec le gouvernement de la RDC”

L’armée ougandaise a catégoriquement nié toute implication dans le soutien au groupe rebelle M23, en réponse aux accusations formulées par des experts des Nations unies. 

Lors d’une déclaration officielle, le porte-parole de l’armée ougandaise, le brigadier général Félix Kulayigye, a fermement rejeté le rapport onusien.

« Ce rapport n’a absolument aucun fondement scientifique. Il manque de documentation et il est biaisé. Nous n’avons aucune raison de soutenir ces rebelles, alors que nous faisons partie des mécanismes régionaux pour la résolution des conflits dans l’est de la RDC. Que des gens fassent ce genre d’allégations est une façon de saboter les efforts que nous entreprenons, plutôt que de les soutenir », a déclaré le général Kulayigye.

Le porte-parole a également souligné que l’Ouganda ne sert pas de base pour les rebelles du M23, mais accueille des réfugiés conformément à la politique des Nations unies.

« Si ces experts sont réellement des Nations unies, ils devraient soutenir les efforts régionaux pour trouver une solution pacifique, plutôt que de nous accuser de prendre partie. Non, notre pays n’est pas utilisé comme base par ces rebelles. En revanche, notre pays accueille des réfugiés pour leur propre sécurité, en accord avec la politique des Nations unies. Nous avons de très bonnes relations avec le gouvernement de la RDC », a-t-il ajouté.

Le général Kulayigye a également mentionné les opérations conjointes menées avec les forces armées congolaises dans la région de l’Ituri pour lutter contre les terroristes des ADF, s’interrogeant sur les motivations de l’Ouganda à soutenir un groupe rebelle combattant le gouvernement congolais.

Le rapport des experts de l’ONU affirme que des officiels ougandais ont permis le transit sans restriction des troupes du M23 et de l’armée rwandaise à travers l’Ouganda. Le document mentionne également que des responsables du M23 ont été aperçus à plusieurs reprises cette année en Ouganda.

Face à ces révélations, le gouvernement de la RDC a exprimé sa consternation. Thérèse Kayikwamba Wagner, ministre d’État et ministre des Affaires étrangères, a abordé la question lors d’un briefing de presse à Kinshasa.

« Nous menons depuis déjà plus d’une année l’opération Shuuja avec les forces armées ougandaises, les UPDF. Donc nous collaborons sur beaucoup de sujets, nous collaborons aussi dans les questions d’infrastructures dans la zone de Beni, de Kasindi », a-t-elle déclaré.

Mme Wagner a souligné l’importance de soulever cette question par les canaux diplomatiques appropriés et a réaffirmé l’engagement de la RDC à traiter ces préoccupations.

 

Placide LUKEKA

Kinshasa || Voici les numéros d’appels d’urgence de la police

L’état-major général de la police nationale congolaise vient de disponibiliser 4 (Quatre) destinés aux appels d’urgence de la population en détresse ayant besoin d’une intervention rapide des équipes policières pour les cas de criminalité dans n’importe quel cas de la ville de Kinshasa.

Trouvez ci-dessous les numéros d’appels d’urgences de la Police pour l’État major commandement :

– +243831626828;

– +243900003921;

– +243857372249;

– +243972634600;

Par ailleurs, la police ville-province de Kinshasa porte à la connaissance des Kinoises et Kinois d’émettre des appels en temps réel. Ces numéros d’appels d’urgence sont opérationnels 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.

“Il est demandé à la population d’appeler en temps réel, cela veut dire qu’il faut surtout appeler instantanément pendant que les faits se déroulent encore”.

Selon une source proche du commandant divisionnaire adjoint de la PNC ville province de Kinshasa, la police s’est engagé à disponibiliser également les numéros d’appels d’urgence pour les districts et groupes mobiles d’intervention restants dans les heures qui suivent.

“Les numéros d’appels d’urgence pour les districts et GMI restants seront communiqués à la population dans les heures qui suivent”.

 

Basile Muya

Sécurité-Est | Le Chef de l’État a tenu une IIème réunion de la Task force du Haut commandement militaire

Le Président Félix Tshisekedi a présidé hier lundi 8 juillet, au Palais présidentiel de Mont-Ngaliema, la deuxième réunion de la Task Force du Haut Commandement militaire, faisant suite à celle tenue le vendredi 5 juillet.

Cette importante rencontre a rassemblé, en plus du Haut commandement militaire, le vice-Premier ministre chargé de la Défense, le ministre des Finances, le Directeur de cabinet du Président, les responsables des services de sécurité et certains conseillers du Chef de l’État. L’objectif était d’évaluer la situation militaire et sécuritaire dans l’Est de la République Démocratique du Congo (RDC).

Durant la réunion, le Commandant suprême des Forces armées de la RDC (FARDC) et de la Police nationale a défini les orientations stratégiques nécessaires. Il a ordonné au Haut commandement militaire d’exécuter les mesures décidées pour préserver l’intégrité territoriale du pays, marquant ainsi la détermination du gouvernement à restaurer la paix et la sécurité dans la région.

 

Marlaine Kanku

Sud-Kivu | Le M23 atteint Kalehe, les tirs font des victimes à Minova (Bintou Keita devant le Conseil de sécurité de l’ONU)

Les rebelles du M23 ont atteint le territoire de Kalehe au Sud-Kivu, provoquant des tirs qui ont fait des victimes à Minova et d’autres villes environnantes, a déclaré Bintou Keita, cheffe de la MONUSCO, devant le Conseil de sécurité des Nations unies ce lundi 8 juillet.

Cette avancée des rebelles a entraîné la mort et les blessures de plusieurs civils et a provoqué de nouveaux déplacements de population.

“Dans le sud de la province, des rumeurs d’infiltrations du M23 sur le plateau d’Uvira, de Fizi et de Mwenga ont exacerbé les tensions dans les communautés locales. Ce qui mérite l’attention des autorités,” a ajouté Bintou Keita.

Le 5 juillet 2024, l’organisation de la société civile Lutte pour le Changement (LUCHA) a publié une liste des villages et cités contrôlés par les rebelles du M23, soutenus par le Rwanda. Selon cette liste, 87 zones, comprenant des villages et cités situées dans les territoires de Masisi, Rutshuru, Nyragongo et Lubero, sont désormais sous le contrôle du M23, exacerbant l’insécurité en République Démocratique du Congo.

Les rebelles du M23 et leurs commanditaires rwandais ont également détruit le site de cantonnement des ex-combattants à Kirumba, dans le territoire de Lubero. Ce site faisait partie du Programme de désarmement, démobilisation et réinsertion communautaire (P-DDRCS). Kambale Kinyali Yuston, chef d’antenne du P-DDRCS à Butembo-Lubero, a rapporté que les rebelles ont incendié sept tentes offertes par la MONUSCO ainsi que des maisons en planche destinées à accueillir les miliciens qui se rendaient.

Par ailleurs, un nouveau rapport des experts mandatés par l’ONU, consulté lundi par Sasastudio.net, révèle que 3 000 à 4 000 militaires rwandais combattent aux côtés des rebelles du M23 contre l’armée congolaise dans l’Est de la RDC. Cette présence militaire rwandaise renforce les capacités des rebelles et complique la situation sécuritaire dans la région.

 

Placide Lukeka