Augustin Kabuya alerte sur les tentatives de déstabilisation de l’UDPS et même du régime

Le secrétaire général de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), Augustin Kabuya, est confronté à une sérieuse contestation interne, avec plusieurs cadres du parti qui retirent leur confiance. En réponse, Kabuya a publié un communiqué ce mercredi 17 juillet, dans lequel il appelle les militants à se montrer vigilants face aux tentatives qu’il attribue à des ennemis visant à déstabiliser non seulement le parti, mais également le régime en place.

Dans sa déclaration, Augustin Kabuya a affirmé que “l’ennemi compte déstabiliser le Parti, et par ricochet le régime”, tout en réitérant qu’il ne compte pas démissionner malgré les pressions internes croissantes. À cet effet, il a rappelé la Résolution n°01/UDPS/CON-EXTRA/23 du Congrès Extraordinaire du 26 août 2023, qui lui confie la mission de garantir le bon fonctionnement et la bonne organisation du parti.

Augustin Kabuya a également évoqué le contexte national, exhortant les militants à rester unis et à soutenir le Chef de l’État dans la lutte contre l’agression et l’occupation d’une partie de l’Est du pays par l’armée rwandaise et ses alliés du M23. Il a insisté sur l’importance de respecter les textes du parti et de demeurer vigilants pour contrer toute tentative de déstabilisation.

Cependant, les critiques contre Augustin Kabuya ne faiblissent pas. Accusé de mauvaise gestion, de clientélisme et de négligence des ambitions des autres cadres, il fait face à une opposition croissante au sein de l’UDPS. Certains cadres ont même organisé une marche pour manifester leur désaccord et signifier leur mécontentement.

 

Placide LUKEKA

Guerre en RDC | Les propos de Koffi Olomidé font scandale

Antoine Christophe Agbepa Mumba, mieux connu sous le nom de Koffi Olomidé, célèbre chanteur de la rumba congolaise, a provoqué un tollé en déclarant qu’il n’y a pas de guerre en République Démocratique du Congo (RDC).

Ses propos, tenus lors de l’émission “Le Panier” diffusée sur la chaîne nationale RTNC (Radio Télévision Nationale Congolaise) ce mercredi 10 juillet, ont suscité une vive réaction du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel du Congo (CSAC).

« Il n’y a pas de guerre en RDC. Quand on change un Ministre de la Défense, soi-disant dans une période de guerre, cela signifie quoi ? », a lancé le chanteur de 67 ans.

Et d’ajouter :

« Nous sommes tapés. On nous gifle, on fait de nous ce qu’on veut. »

 

Suite à ces déclarations controversées, le CSAC s’est auto-saisi de l’affaire. Koffi Olomidé, le journaliste Jessy Kabasele et le Directeur de programme de la RTNC sont convoqués à se présenter devant le conseil ce jeudi 11 juillet 2024.

Jessy Kabasele, journaliste et présentateur de l’émission “Le Panier”, a tenu à se désolidariser des propos de l’artiste.

« Les propos tenus par nos invités dans LE PANIER ne nous engagent pas. Nous tenons à nous désolidariser des propos de M. KOFFI OLOMIDE dans l’émission du samedi 6 juillet 2024 sur la guerre à l’Est de la RDC », a-t-il déclaré.

Pour rappel, la RDC fait face à une agression de la part du Rwanda voisin dans sa région Est. Cette agression est menée par l’armée rwandaise en collaboration avec le groupe rebelle M23 (Mouvement du 23 mars) et, plus récemment, par des dissidents appelés AFC, dirigés par l’ancien Président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Corneille Nangaa. Cette situation est motivée par les pillages des ressources minières de la RDC et l’occupation illicite de territoires congolais, avec l’installation imposée de certaines populations.

Les conséquences de cette agression sont désastreuses : massacres de populations locales, viols de femmes, et déplacements massifs de populations. Les propos de Koffi Olomidé ont ainsi été perçus comme une minimisation de la grave situation humanitaire et sécuritaire dans l’Est de la RDC, provoquant l’indignation de nombreux Congolais et des autorités.

Placide LUKEKA

Lubumbashi | Les élus provinciaux conviés à une plénière extraordinaire ce mardi

Dans le Haut-Katanga, l’ouverture d’une session extraordinaire de l’Assemblée provinciale est prévue ce mardi 9 juillet au Bâtiment du 30 juin à Lubumbashi (Haut-Katanga).

Dans un communiqué de cet organe délibérant dont une copie parvenue à notre rédaction, le bureau définitif convie tous élus provinciaux à cette plénière dont l’ordre du jour n’a pas été clairement défini. De l’avis des observateurs avisés, cette plénière en pleine session extraordinaire serait essentiellement consacrée à l’investiture du gouvernement Jacques Kyabula recomposé de dix ministres provinciaux.

« Il est porté à la connaissance de tous les honorables députés provinciaux du Haut-Katanga de la tenue d’une séance plénière de l’ouverture de la session extraordinaire de mars 2024 au Bâtiment du 30 juin, siège de notre institution ce mardi 9 juillet 2024 à 10 heures », a-t-on lu dans ce communiqué signé par David Kitond, rapporteur de l’Assemblée provinciale.

Il est impérieux de signaler que la session de mars était déjà clôturée le week-end dernier.

Basile Muya

[PODCAST SASA MAGAZINE] | Toute l’actualité congolaise de cette semaine

Toute l’actualité de cette semaine. 👇👇 Cliquez sur play pour écouter   SASA Magazine 010 –…