Le Président Tshisekedi salue la mémoire de Charles Bofassa Djema, figure de la politique congolaise

Ce jeudi au Musée national, le Président de la République, Félix Tshisekedi, a rendu un dernier hommage à Charles Bofassa Djema, une figure emblématique de la scène politique congolaise, décédé le 22 juin 2024 à l’âge de 78 ans.

Né le 9 mars 1946 à Mbandaka, dans la province de l’Équateur, Bofassa Djema a laissé une marque indélébile dans l’histoire politique de la République Démocratique du Congo. Tout au long de sa carrière, il a occupé plusieurs postes clés, notamment en tant que ministre entre 1991 et 1995, député national, et mandataire public.

Au moment de sa disparition, Charles Bofassa Djema était membre du Conseil d’administration du Cadastre minier (Cami) et président de son parti politique, Générations républicaines.

Son engagement politique ne s’est jamais démenti, et il a été une figure incontournable de la plateforme Cap pour le changement (Cach), jouant un rôle crucial dans la victoire de Félix Tshisekedi lors de l’élection présidentielle de 2018, particulièrement dans le Grand Équateur.

 

 

Marlaine Kanku

Stabilisation du Franc congolais | La Ière Ministre prend des mesures choc pour protéger le pouvoir d’achat

La Première Ministre Judith Suminwa Tuluka a présidé une réunion importante du Comité de Conjoncture Économique visant à stabiliser le franc congolais et protéger le pouvoir d’achat des citoyens. 

Cette séance, tenue ce mercredi 17 juillet, a vu l’adoption de plusieurs mesures stratégiques pour faire face aux défis économiques actuels.

Lors de cette réunion, diverses actions ont été approuvées pour garantir la stabilité du franc congolais et améliorer les conditions économiques du pays. Parmi ces mesures, la rationalisation et la régulation des dépenses publiques ont été mises en avant, ainsi que l’application stricte de la discipline budgétaire pour le Trésor. Ces initiatives visent à renforcer la gestion financière de l’État et à éviter les dérives budgétaires.

La Banque Centrale du Congo (BCC) a été mandatée pour intervenir de manière ciblée sur le marché de change, dans le but de stabiliser la monnaie nationale. En parallèle, le gouvernement a décidé de relancer des projets stratégiques, notamment le Programme de Développement Local des 145 Territoires (PDL-145 Territoires), qui joue un rôle clé dans le développement infrastructurel et économique du pays.

Un autre point important abordé lors de cette réunion a été la mise en place de mécanismes efficaces pour combattre la fraude minière et pétrolière. Ces fraudes constituent une perte considérable de recettes pour l’État. En renforçant les contrôles et les régulations dans ces secteurs, le gouvernement espère maximiser les revenus tirés de ces ressources naturelles cruciales.

Pour garantir l’exécution rapide et efficace de ces mesures, la Première Ministre a instruit les Ministres du Budget et des Finances de prendre des actions immédiates. Leur mission sera de s’assurer que toutes les directives émises lors de cette réunion soient mises en œuvre sans délai, afin de voir des résultats tangibles dans les plus brefs délais.

 

Ange ALOKI

Douane-Remise des Hyperguides | La Vice-Ministre des Finances salue un repère pour plus d’éthique et plus de transparence

La Vice-Ministre des Finances, O’Neige N’sele, a souligné l’importance des nouveaux kits complets des hyperguides de l’Agent des douanes, qu’elle a qualifiés de « repère, un appel à plus d’éthique, d’intégrité, de transparence et de professionnalisme dans l’exercice du métier de la douane ». 

Elle a fait cette déclaration à l’occasion de la remise officielle ce mercredi 10 juillet, de trois conteneurs des hyperguides par le Directeur de cabinet du Chef de l’État, Anthony Nkinzo, aux cadres et agents de la Direction Générale des Douanes et Accises (DGDA).

L’initiative de distribuer ces hyperguides découle directement des instructions du Président Félix Tshisekedi. Lors de la cérémonie, Anthony Nkinzo a décrit ces hyperguides comme des manuels essentiels pour guider la conduite des agents de douane, prévenir la fraude et renforcer les recettes publiques.

« Ces hyperguides sont des manuels de référence essentiels pour les agents de douanes pour orienter leur conduite et prévenir tout risque de fraude et de coulage des recettes publiques en renforçant les capacités des fonctionnaires et en promouvant une culture de transparence et d’efficacité », a-t-il affirmé.

Anthony Nkinzo a exhorté les cadres et agents de la DGDA à s’impliquer pleinement dans l’utilisation de ces précieux outils pour garantir la réussite de cette initiative cruciale pour la République.

« J’exhorte les cadres et agents de la DGDA, bénéficiaires de ces précieux outils, à s’impliquer davantage et à s’approprier pleinement leur utilisation car la réussite de cette initiative est d’une importance capitale pour la République », a-t-il renchéri.

Le Directeur général de la DGDA, en recevant symboliquement les 26 000 exemplaires d’hyperguides, a promis de « tout mettre en œuvre pour que les agents s’approprient et vivent au quotidien, de manière professionnelle, les valeurs d’éthique et de citoyenneté pour donner au gouvernement de la République les moyens de son action ».

Cette initiative, lancée par le Chef de l’État depuis 2022 et pilotée par la Cellule d’innovation et de changement de mentalités (CICM), vise à transformer profondément les pratiques au sein des douanes et à lutter efficacement contre la corruption.

 

Placide LUKEKA

Assemblée Nationale | Le Ier VP lance l’opération de délivrance des passeports diplomatiques aux députés

Ce mardi 9 juillet 2024, le professeur Isaac Jean Claude Tshilumbayi Musawu, Premier Vice-Président de l’Assemblée Nationale, a officiellement lancé l’opération d’identification et de capture en vue de délivrer des passeports diplomatiques aux députés nationaux.

La cérémonie s’est déroulée dans la salle de banquets en présence des agents du ministère des Affaires étrangères, invités pour l’occasion.

 

Représentant le président de l’Assemblée Nationale, Vital Kamerhe, actuellement en mission, le professeur Tshilumbayi Musawu a salué la rapidité de la réponse gouvernementale pour la mise en place de ce processus. Selon lui, cette initiative permettra aux élus de la nation de se déplacer dans des conditions dignes lors de rencontres continentales ou internationales avec leurs homologues d’autres pays ou les organisations dont la RDC est membre actif.

Le Premier Vice-Président a également exprimé sa gratitude envers le ministre des Affaires étrangères et son collègue des Finances pour leur implication déterminante dans la réussite de cette opération. Désormais, les députés nationaux seront mieux équipés pour soutenir le président de la République dans la recherche de solutions à la guerre d’agression menée par les voisins de la RDC, le Rwanda et l’Ouganda.

 

Espérant Daniel KAMBULU

La SONAS a fait des progrès notables sous la gestion du DG Clément-Désiré Kabongo

Le Directeur Général de la Société Nationale des Assurances (SONAS S.A), Me Clément-Désiré Kabongo Moba, a tenu à clarifier la situation face aux récentes allégations sur la gestion de l’entreprise.

Il a fermement rejeté les accusations de crise interne, de grogne syndicale et de problèmes de salaires liés à la fluctuation du dollar, affirmant qu’elles ne sont que des manœuvres de déstabilisation.

Aucune crise à la SONAS

Me Kabongo Moba a fermement rejeté les rumeurs de grogne et de crise au sein de la SONAS. Il a catégoriquement nié les allégations selon lesquelles les salaires des agents seraient affectés par la fluctuation du taux de dollar.

“Comment, s’interroge-t-il, que quelque chose qui a été fixé en franc congolais depuis toujours puisse avoir un lien avec un quelconque taux de dollar américain ?”

À la SONAS, le barème salarial est entièrement fixé en franc congolais.

Mesures pour préserver le pouvoir d’achat

Face à la dépréciation du franc congolais, Me Kabongo a instauré une politique centrée sur le renforcement de la production des services afin de revoir à la hausse les salaires. Plusieurs nouveaux produits d’assurances ont été lancés, dont l’assurance cautions, l’assurance des facultés à l’importation, l’assurance voyage, et bientôt l’assurance scolaire pour les écoles privées et les instituts supérieurs et universitaires.

“Dans la même perspective, nous lancerons l’assurance obsèques et rapatriement des corps pour nos frères et sœurs décédés de la diaspora”, a révélé le DG Kabongo.

Amélioration des avantages pour les agents

La production accrue des services a permis à la SONAS d’augmenter les avantages des agents à deux reprises en 18 mois, en juillet 2023 et en mai 2024, une performance sans précédent dans l’histoire de l’entreprise. De 2010 à 2022, ces avantages n’avaient été ajustés que quatre fois.

“Depuis mon arrivée, les colis de fin d’année sont passés de 150 à 250$, tandis que l’enveloppe frais scolaires a été revue à la hausse et se situe actuellement à 250$”, a fait savoir Me Kabongo.

Transparence sur les rémunérations des cadres

Répondant aux rumeurs concernant sa propre rémunération, Me Kabongo a rappelé que les droits et avantages des mandataires publics sont fixés par un décret du Premier Ministre d’avril 2023. Lors des assemblées générales, les mandataires publics, y compris lui-même, assistent comme simples membres sans voix délibérative. Il a également souligné que les cadres sont payés en dernier, après les agents, rendant impossible les accusations selon lesquelles il recevrait son salaire tandis que les agents auraient des arriérés.

Autonomie et soutien financier des agences

Bien que les agences de la SONAS jouissent d’une autonomie financière, le siège intervient parfois pour les aider à surmonter des défis financiers. Me Kabongo a reconnu qu’il reste encore beaucoup à faire, mais a également insisté sur les progrès significatifs réalisés depuis sa prise de fonction.

“Quoi de plus normal que l’on dise sans peur d’être contredit que la SONAS S.A d’aujourd’hui est meilleure que celle d’hier et celle de demain sera davantage meilleure que celle d’aujourd’hui”, a conclu Me Clément-Désiré Kabongo.

 

Ange ALOKI

Sécurité-Est | Le Chef de l’État a tenu une IIème réunion de la Task force du Haut commandement militaire

Le Président Félix Tshisekedi a présidé hier lundi 8 juillet, au Palais présidentiel de Mont-Ngaliema, la deuxième réunion de la Task Force du Haut Commandement militaire, faisant suite à celle tenue le vendredi 5 juillet.

Cette importante rencontre a rassemblé, en plus du Haut commandement militaire, le vice-Premier ministre chargé de la Défense, le ministre des Finances, le Directeur de cabinet du Président, les responsables des services de sécurité et certains conseillers du Chef de l’État. L’objectif était d’évaluer la situation militaire et sécuritaire dans l’Est de la République Démocratique du Congo (RDC).

Durant la réunion, le Commandant suprême des Forces armées de la RDC (FARDC) et de la Police nationale a défini les orientations stratégiques nécessaires. Il a ordonné au Haut commandement militaire d’exécuter les mesures décidées pour préserver l’intégrité territoriale du pays, marquant ainsi la détermination du gouvernement à restaurer la paix et la sécurité dans la région.

 

Marlaine Kanku

RDC | Le VPM Jacquemain Shabani préside la 1ère réunion ministérielle de la CNC-ALPC

Ce lundi 8 juillet 2024, le Vice-Premier Ministre et Ministre de l’Intérieur, Sécurité, Décentralisation et Affaires Coutumières, Jacquemain Shabani, a présidé la première réunion ministérielle de la Commission Nationale de Contrôle des Armes Légères et de Petit Calibre et Réduction de la Violence Armée (CNC-ALPC).

Cette réunion s’est tenue à la salle Virunga, située à l’immeuble de la territoriale.

Cette rencontre fait partie des pas significatifs dans les efforts du gouvernement pour contrôler la prolifération des armes légères et de petit calibre et réduire la violence armée dans le pays.

Rédaction

Décentralisation | Le 1er VP de l’Assemblée Nationale accueille le REPAD pour renforcer la gouvernance territoriale

Le premier vice-président de l’Assemblée nationale, le professeur Isaac Jean Claude Tshilumbayi Musawu, a accueilli ce lundi les membres du Réseau parlementaire d’accompagnement de la décentralisation (REPAD) dans son cabinet de travail.

La délégation était dirigée par l’honorable Joseph Bangakya Aganze.

Au cours de cette rencontre, les membres du REPAD ont présenté le comité exécutif du réseau ainsi que les axes stratégiques dans lesquels ils peuvent apporter leur soutien.

“L’honorable premier vice-président de l’Assemblée nationale s’est montré satisfait de cette initiative, soulignant le rôle central de l’Assemblée nationale dans la dynamique vertueuse de la décentralisation,” a déclaré l’honorable Joseph Bangakya Aganze.

Cette réunion révèle l’importance de la collaboration entre les députés nationaux impliqués dans la décentralisation et la gouvernance territoriale. Le REPAD réunit les députés nationaux ayant exercé des fonctions politiques liées à la décentralisation et à la gouvernance territoriale.

 

Christivie Mbuli

Ouverture de la 25ème Session du Conseil d’Administration de l’UAT à Kinshasa

La 25ème session du Conseil d’Administration de l’Union Africaine des Télécommunications (UAT) a été officiellement ouverte ce lundi 8 juillet par SEM Judith Suminwa Tuluka, aux côtés du Ministre des Postes, Télécommunications et Numérique (PTNTIC).

Cette rencontre stratégique, qui se tient à Kinshasa, est cruciale tant pour l’Afrique que pour la République Démocratique du Congo (RDC).

Lors de cette session, les discussions porteront sur le renforcement des infrastructures numériques et la promotion de la coopération régionale. Les représentants des pays membres de l’UAT examineront les projets et initiatives visant à améliorer la connectivité et à stimuler l’innovation technologique à travers le continent.

La RDC, hôte de cette importante réunion, a réaffirmé son engagement pour le rapatriement du siège de l’UAT à Kinshasa. Cette démarche, soutenue par les autorités congolaises, est vue comme un symbole de la position de leadership de la RDC dans le domaine des télécommunications en Afrique.

 

Ange ALOKI

RDC | L’Ouganda impliqué dans le soutien au M23 (Rapport ONU)

Comme tous les six mois, les experts des Nations Unies ont publié leur rapport sur la situation en République démocratique du Congo (RDC), notamment sur les violences dans les provinces de l’Est. Le rapport met en lumière le rôle de l’Ouganda dans le conflit opposant les forces loyalistes de la RDC au groupe armé M23, soutenu par le Rwanda.

Depuis deux ans, les rapports des Nations Unies montrent l’augmentation du soutien du Rwanda au M23. Cette fois-ci, l’Ouganda est également pointé du doigt. Les experts montrent que les troupes du M23 et de l’armée rwandaise ont transité librement par l’Ouganda, ce qui n’aurait pas pu échapper aux services de renseignement ougandais. Le rapport conclut donc à un « support actif » de certains officiers de l’armée et des renseignements militaires ougandais.

En outre, des responsables du M23 se sont rendus en Ouganda. Sultani Makenga, le chef militaire du M23, a été signalé à Entebbe et Kampala. Corneille Nangaa, chef de la branche politique, a également résidé un temps dans la capitale ougandaise, où il a tenu des réunions avec des représentants de groupes armés congolais.

Concernant le Rwanda, le rapport détaille l’augmentation de l’aide militaire. En janvier 2024, environ 1 000 soldats rwandais ont franchi la frontière à Kibumba, dans le territoire de Rutshuru. Au moment de la rédaction du rapport, entre 3 000 et 4 000 soldats rwandais étaient déployés dans les territoires de Rutshuru, Masisi et Nyiragongo, dépassant l’effectif du M23 estimé à 3 000 combattants. Ces militaires sont équipés de matériel sophistiqué, incluant des véhicules blindés avec radars et missiles sol-air.

Le rapport est le premier publié depuis l’annonce de la création de l’Alliance du fleuve Congo (AFC) par Corneille Nangaa, ancien président de la Commission électorale congolaise. Le document décrit le processus de création de ce mouvement politico-militaire, visant à légitimer le M23 tout en réduisant le rôle du Rwanda dans la crise. L’AFC recrute également d’autres partenaires, notamment au Sud-Kivu, créant des tensions entre et au sein des groupes armés de cette région.

Le rapport mentionne aussi l’intensification des attaques du groupe ADF (Allied Democratic Forces), principalement contre des civils au Nord-Kivu et en Ituri. En 2023, les ADF ont fait près de 1 000 victimes, devenant le groupe armé le plus meurtrier en RDC.

Un autre point préoccupant est l’utilisation croissante des enfants soldats. Le recrutement d’enfants a atteint un niveau alarmant début 2024, notamment par le M23 et le Rwanda. Des enfants de 10 à 12 ans sont recrutés de force en RDC et dans les camps de réfugiés au Rwanda et en Ouganda. La coalition gouvernementale est aussi accusée d’utiliser des enfants dans les combats, malgré certaines interdictions formelles de recrutement.

Le rapport conclut que bon nombre des faits relatés pourraient faire l’objet de sanctions. Ce document servira de base pour le comité Adhoc des Nations Unies, permettant de prendre des mesures économiques contre les acteurs impliqués dans ces conflits. Les gouvernements occidentaux, sur la base de ces rapports, ont déjà condamné l’action du Rwanda et demandé le retrait de ses militaires de la RDC.

 

Placide LUKEKA